Marrakech : le safran et le nouveau musée Yves Saint Laurent

3) Yves Saint Laurent. Place Djemaa El Fna. © Reginald Gray

Au coeur de la ville des Rois, sur la place Jemaa el Fna, les clameurs des charmeurs de cobra, des porteurs d’eau, des tatoueuses de henné et vendeurs d’escargots se mêlent au cliquetis des calèches. Voici le Marrakech de Saint Laurent – immortalisé ici par le portraitiste Reginald Gray – qu’il découvre en 1966. Ville où il aimera se reposer par la suite après chaque défilé. Lire la suite

Palerme : Visconti,Verdi et les spaghetti à la sicilienne

Direction le chef lieu de la Sicile pour deux jours riches en opéra, soleil et églises. Un week-end 100% gluten flanqué d’une bonne rasade de vin volcanique.

Capture d_écran 2017-04-21 à 14.09.03

La première règle de survie en débarquant à Palerme ? Maitriser son coup de hanche pour esquiver les scooters qui zigzaguent en vieille ville et ne pas avoir honte de leur hurler (sur un ton très contrarié) : « Mamma Mia ! Spaghetti, tortellini ! » Lire la suite

Paris, la tête dans les nuages

135-15_cmjn

J’ai à peine entamé le bœuf bourguignon, plat signature de la brasserie Réjane, dans le 1er arrondissement à Paris, que Céline Gaudier, mon amie genevoise, assistante à la mise en scène, m’annonce, devant son gratin de macaronis au comté, que son compagnon Albin de la Simone donnera un concert le soir même au Bataclan. Fichtre ! Le Bataclan. Je ne pensais pas me retrouver à peine arrivée à Paname face à ce dilemme : retourner ou non dans cette salle de concerts visée par les attentats du 13 novembre ? Lire la suite

La « gamba roja » de Barcelone

Capture d’écran 2017-02-15 à 09.44.13.jpeg
copyright: Turisme de Barcelona

A chaque fois que j’atterris à Barcelone, j’ai cette folle envie de mettre des pantoufles à mes pieds. L’agréable sensation de me retrouver à la maison. Avant l’existence des vols low cost, je me rendais dans la capitale catalane à bord d’un train de nuit grinçant et débarquais à l’aube -me félicitant de ne pas avoir été violée – le cheveu hirsute et le regard hagard sur le quai de la gare. Lire la suite

Le Cascadeur du festival de Clermont : Ce héros au regard si doux

Capture d’écran 2016-02-12 à 11.36.34.png

Mardi dernier. 13h. Au troisième étage de la Maison de la Culture de Clermont-Ferrand, siège du prestigieux festival de courts-métrages, je rencontre l’un de mes compagnons du jury Labo. Nous devons fissa enchainer avec la photo officielle et le dilemme se pose déjà : bleu ou pailleté ? Cascadeur, de son vrai nom Alexandre Longo, ne se montre jamais à visage découvert. De fait, il tient dans ses mains deux cagoules de catcheur mexicain. On opte de concert pour la version à paillettes. On se repeigne chacun les sourcils. Clic. C’est dans la boite. Lire la suite