Marrakech : le safran et le nouveau musée Yves Saint Laurent

3) Yves Saint Laurent. Place Djemaa El Fna. © Reginald Gray

Au coeur de la ville des Rois, sur la place Jemaa el Fna, les clameurs des charmeurs de cobra, des porteurs d’eau, des tatoueuses de henné et vendeurs d’escargots se mêlent au cliquetis des calèches. Voici le Marrakech de Saint Laurent – immortalisé ici par le portraitiste Reginald Gray – qu’il découvre en 1966. Ville où il aimera se reposer par la suite après chaque défilé.

Capture d’écran 2017-10-13 à 14.37.57.png

Il s’installe d’abord à la Mamounia avec Pierre Bergé, ce palace qui accueillera toutes les grandes stars du 7e art. Ensemble, ils découvrent le jardin qui jouxte l’ancien atelier de Jacques Majorelle, peintre originaire de Nancy. Autour de son atelier, l’artiste planta au fil des ans bougainvilliers, bananiers, yuccas et bambous. Entre plantes exotiques et bassins harmonisés par le bleu intense des murs, on flâne dans ce jardin racheté en 1980 par Saint Laurent et Bergé avant de visiter son musée berbère.

18) mYSLm façade est ©Fondation Jardin Majorelle, Marrakech_Photo Nicolas Mathéus, 2017

A deux pas du jardin (où, mazette, il faut s’armer de patience dans l’interminable queue), s’ouvre ce mois d’octobre un musée à la mémoire du styliste français qui aimait répéter: « J’aimerais que dans cent ans, on étudie mes œuvres, mes dessins ».

10) DSC_8445bis

Cet écrin, d’une surface totale de près de 4000m2, fait de béton bouchardé, de terre cuite, de briques de Tétouan, de zelliges et de granite teinté, revisite les codes de l’architecture traditionnelle du pays selon la demande de Pierre Bergé en personne.

8) DSC_8422

Le Musée Yves Saint Laurent qui, pour la petite info, se trouve à la rue Yves St Laurent, abrite différentes parties. L’une d’elle accueille une sélection des créations principales du couturier avec pas moins de 250 silhouettes et, aux murs, des planches de travail et des croquis qui s’apprécient tout se laissant bercé par des enregistrements sonores du styliste.

15) DSC_9159

L’autre partie se réserve pour les expositions temporaires et la première sera consacrée à Jacques Majorelle. La volonté de Pierre Bergé était d’en faire un espace dédié à la culture berbère dans la ville.

20) Yves Saint Laurent, Dar el Hanch © Pierre Bergé

L’escapade se poursuit dans les dédales de la ville et du souk duquel on n’en ressort qu’après s’être perdu au moins 20 fois.

20171013_150504.jpg

Au coeur du souk se trouve le Jardin Secret. Ce dernier se compose d’un espace exotique et d’un autre islamique. Durant 7 ans, Lauro Milan, le créateur et gestionnaire s’est inspiré du proverbe de vieilles femmes marocaines : «Un petit jardin bien entretenu vaut mieux qu’un grand champ abandonné.» Aujourd’hui, on déambule parmi les fruits du paradis irrigués grâce à un système souterrain témoin des prouesses antiques.

20171013_150653.jpg

La variété des essences végétales de ce jardin, comme le thym, le romarin ou la lavande accompagne le voyageur dans l’ombrage des arbres. Ces espaces verts possèdent leur propre café et librairie. Pour Tom Stuart-Smith, le concepteur : « Chaque plante, chaque motif architectural a une signification correspondant à ce qui est prescrit dans le Coran. Le jardin est ordonné, serein, paisible, rempli du parfum des fleurs d’oranger au printemps et du chant des oiseaux. »

Morocco Shop-Snacks

Mon raib parfumé à la fleur d’oranger, ce yaourt à base de lait de chèvre, une fois terminé, je hèle un chauffeur de taxi. Il roule en direction mon hôtel, l’Amanjena.

Main bassin detail – Amanjena’s He

Je suis venue au moins 4 années consécutives au festival international du film de Marrakech, j’ai eu la chance en tant que journaliste d’y rencontrer Catherine Deneuve, Sir Sean Connery, Martin Scorsese, Amos Gitaï, Abel Ferrara ou encore Abbas Kiarostami. A l’époque les chauffeurs refusaient de mettre leur taximètre en marche prétextant mille excuses bidons. Comme j’empruntais toujours le même parcours, je me suis rendue compte, qu’après le long feu d’un carrefour, je n’étais plus qu’à 50m de la salle de cinéma où je devais me rendre tous les matins. De là où je me faisais arnaquer sans cesse, j’ai décidé de réécrire le scénario en sortant brusquement de la voiture arrêtée à ce feu : « Vous refusez de mettre le taximètre ? Alors je descends ici. » Et hop, je claquais la porte faussement furieuse et partais d’un pied ferme. J’étais arrivée à destination sans leur payer la course ravie d’avoir arnaqué mon arnaqueur.

Maintenant, ils mettent le compteur. Je suis presque déçue.

Central Bassin

L’hôtel Amanjena est un havre de paix loin du tumulte de la Cité. Ma chambre possède sa propre piscine. J’en profite pour lire leur catalogue. Ils organisent des virées pour leurs clients dans les environs de Marrakech et aux portes de l’Atlas. Demain, j’irai rendre visite à une Suissesse qui a ouvert une safranière, à une trentaine de kilomètres d’ici.

High Atlas Mountains_Office_9011.jpg

« Grüezi! », lance Christine Ferrari en ouvrant les portes de son jardin, le Paradis du Safran. La Suissesse allemande cultive sur ses 2,5 hectares des plantes aromatiques et médicinales. Son verger produit des agrumes et autres fruits exotiques comme la papaye ou la mangue.

NF6N8979 CFe Lavendelfeld.jpg

A l’issu d’un sentier sensoriel où l’on foule, pied nu, le sol de la vallée de l’Ourika, un thé agrémenté d’or rouge attend le visiteur. « Il faut 200 fleurs pour obtenir un gramme de safran. Au total ce seront 6 tonnes de bulbes pour récolter les 500 grammes annuels de ma safranière. » Du coup, on ne lésine pas sur les 25 francs que coûte le gramme de l’épice la plus noble du monde sachant que les étals du souk en proposent une version souvent contrefaite.

2017-10-13 03.11.52 1.jpg

De retour en ville, je tombe sur le minaret emblématique de la mosquée Koutoubia qui trône du haut de ses 77 mètres. Sa silhouette se révèle à chaque coin de rue. « On dit que tous les chemins mènent à Rome, ici, ils mènent à la Koutoubia », lance mon chauffeur  au taximètre précis. Elle marque la hauteur limite à ne pas dépasser pour toute construction nouvelle.

Capture d’écran 2017-10-13 à 15.14.23.png

A l’heure de l’apéro, je rejoins Romain Michel Menière, un vieil ami de Genève, qui vient d’ouvrir le Berber Lodge avec 9 chambres en briques de terre, plafonds en roseaux, palmier et bois d’eucalyptus, piscine et dépaysement inclus, le tout dans la campagne de Marrakech. On se trouve au grand café de la Poste situé au coeur du quartier Guéliz, anciennement le quartier français. Palmiers, ventilos, hauts plafonds et tables en bois : une ambiance des années 20. L’agence d’architecture Studio KO s’est chargée de l’agencement, celle-là même qui est responsable de la conception du musée Yves Saint Laurent à Marrakech, apprend-on en sirotant un vodkatini.

General resort & Bassin  view

Informations pratiques:

Ouverture depuis cet octobre du musée sur le couturier français Yves Saint Laurent à côté du jardin de Majorelle.  www.museeyslmarrakech.com

Où Loger

Dans un écrin vert qui se déroule à perte de vue et principalement dédié aux amateurs de golf et de farniente, les pavillons privés et exclusifs de l’Amanenja, à l’architecture traditionnelle maure, se dressent autour d’immenses bassins. David Beckham y célébrait ses 40 ans. Les plafonds des chambres s’étirent à l’infini et possèdent tous un jardin privatif souvent agrémenté d’une piscine. Les clients profiteront d’une évasion aux portes du désert, dans un village berbère, une expérience du resort. www.aman.com

Se promener :

Sahara Experience organise des circuits à la carte autour du bien être, du loisir (cheval, golf, surf), de l’aventure avec des randonnées dans l’Atlas ou le désert du Sahara, et des rallyes-raid. www.sahara-experience.com

Y aller :

Swiss offre trois à quatre vols directs au départ de Genève, le lundi, le mercredi (pendant les pics), le vendredi et le dimanche. La durée est de 3h05 à partir de CHF 79.− l’aller retour en Economy Light et CHF 185 Aller-Retour en business. www.swiss.com

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s