Le Four Seasons : Chiang Mai, la Rose du Nord de la Thaïlande et Jean Reno

FPO_CHI_127

Chiang Mai, située à 700 km de Bangkok n’a… let me think… à peu près rien à voir avec la capitale. Elle possède une identité culturelle tribale unique, une taille respectable, et un air sacrément agréable. Connue sous le nom de Rose du Nord notamment pour les beautés naturelles qu’elle offre et sa position aux abords de la rivière Ping, la ville thailandaise est fondée en 1296 par le Roi Mengrai comme la capitale du Royaume de Lanna. « Chiang » signifie « Ville » et « Mai » : « Nouvelle ». L’ancienne ville royale est Chiang Rai, plus au nord. Lire la suite

Thaïlande, le Triangle d’Or : Do you have your elephant licence? 

wp-1449796115901.jpg

Le Four Seasons Tented Camp, situé dans le Triangle d’Or, sur la rive thaïlandaise du Mékong, collabore étroitement avec la fondation Golden Triangle Asian Elephant (GTAEF). Ce refuge, situé aux abords du campement, soigne une vingtaine d’éléphants abandonnés ou maltraités. Tous les matins, l’un d’entre eux a pris pour habitude de venir tremper sa trompe dans mon expresso, une manière à lui de quémander quelques bananes.  Lire la suite

Le Four Seasons Tented Camp : Le Triangle d’Or et Catherine Deneuve

10h30. Sam, le chauffeur de la limousine du Four Seasons m’attend aussi précis qu’un Suisse qui aurait avalé un métronome. Dans la voiture, le Bangkok Post, le journal du jour (certainement préalablement repassé comme le fait le majordome dans la série « Downton Abbey »), une carte de la région en cuir et une bouteille d’eau fraiche. Nous quittons les embouteillages de Chiang Mai pour rouler direction le nord-est durant 4 heures. Mais ça c’est de ma faute. A une lettre près, j’aurais pu atterrir dans la bonne ville. J’ai confondu Chiang Mai et Chiang Rai au moment de booker mon avion. Pour rejoindre le Four Seasons Tented Camp autant voler directement à Chiang Rai histoire de ne faire que 60 kms de route et d’éviter 267 virages sans dramamine sur soi.
Capture d’écran 2015-12-04 à 10.48.34

Lire la suite

Rosebud : Le souvenir poignant d’un chanteur nord-coréen de hip hop

wpid-20150830_134445-1.jpg
Il s’est fait tatouer sur son avant-bras gauche la date de son départ. Aujourd’hui, pour lui, la liberté signifie: « être capable de s’exprimer sans peur, sans menace. »

On se retrouve dans un quartier du sud-ouest de Séoul à plus de trente minutes en métro du centre. Kang Chun-Hyok nous a donné rendez-vous devant son église à midi précise. Les dimanches, ce Nord-Coréen installé ici depuis 2001 a pour habitude de les passer parmi ses pairs. Le christianisme s’est naturellement imposé à lui à son arrivée en Corée du Sud car « non, rigolera-t-il plus tard, il n’y a pas d’églises à Pyongyang ». Lire la suite

Hangover à la frontière nord coréenne et foodporn à Séoul

wpid-20150829_120356.jpg

A l’aéroport de Incheon, j’ai trois heures d’attente, le temps plus que suffisant pour mourir d’ennui. Alors, je passe en revue ma semaine à Séoul. 6 jours entourée d’une équipe de cinéastes internationaux venus présenter tout comme moi leur film en compétition au festival EIDF. Parmi eux, des Américains, une Chilienne, qui remportera le grand prix, un Hollandais, deux Vikings du Groenland, un Egyptien et moi.

wpid-20150826_123634.jpg

6 jours à prendre tous les matins le petit-déjeuner ensemble, à se retrouver le soir pour les projections, à comparer les différentes saveurs du Soju, cet alcool qui vous explose le crâne avant que vous ayez fini votre verre. Nous avons pu nous rendre compte ensemble que le poulpe servi encore vivant et son amie la moule géante n’aiment pas le contact avec la sauce épicée et les kimchis.

           wpid-20150828_220959-1.jpg  wpid-20150828_234223.jpg

wpid-received_10153543333109876.jpeg

J’ai profité de mon séjour pour rencontrer cette culture qui par moment me semble terriblement suisse-allemande quand il s’agit de planifier, d’organiser et de respecter des horaires. « Please come back in seven minutes », nous a répété durant toute une journée une guide. Quel ennuyant sens de la précision. Sans parler de la spontanéité qui, ici, a tout simplement dû être éradiquée des manuels scolaires.

wpid-20150828_183516.jpg

J’avais demandé à mon arrivée quelle était la nouvelle mode à Seoul. La tendance est celle du jeûne. Les adolescentes font grève de la faim pour ressembler à leurs idoles sur grand écran. J’ai rencontré Stella, une stagiaire du festival. Elle surfe le soir sur Internet et regarde le show de Banzz, une méga star qui se goinfre des heures durant devant une caméra. Tout passe au travers de son gosier. « Je ne peux pas m’endormir sans le regarder, comme ça j’ai l’impression d’avoir dîné. »

wpid-20150825_200057-1.jpg

Elle dort l’estomac vide, la chambre mitoyenne à celle de ses parents. « Ils connaissent les préceptes de la mode ici. Du coup, ils me comprennent et acceptent que je regarde cette émission et ce malgré le fait que manger en famille ou entre amis est un moment privilégié au sein de notre société. »

Ils sont plusieurs à avoir leur show diffusé sur la Toile, on appelle ce phénomène, le Mukbang et les stars, des Bj’s comme Dj’s sauf que ce sont des Broadcast Jockey. « Ils vivent de l’argent reçus par leurs fans qui font des donations en direct. C’est une marque d’admiration et ça aide ces derniers à se payer leur repas. » J’ai forcément voulu en rencontrer un. Aidée par une autre stagiaire, on a réussi à coincer ce Banzz dans un café (à lire bientôt son interview).

wpid-20150825_130747-1.jpg

Et puis, il y a cette autre facette de Séoul qui m’intéresse. Je voulais profiter de mon séjour pour rencontrer des réfugiés nord coréens. J’ai déjeuné avec Michele Sonen, avocate de formation et actuelle représentante d’une ONG.

Citizens’ Alliance for North Korean Human Rights s’occupe entre autre d’exfiltrer des nord coréens par delà les frontières chinoises. Indésirable en Chine, les déserteurs risquent la mort s’ils se font capturés et renvoyés chez eux par les autorités. Les chanceux tombent entre les mains de criminels: les femmes sont vendues à des hommes et découvrent la joie de l’esclavage sexuel. Les hommes finissent exploités dans des usines. Avec l’aide de Michele Sonen, je décide de rencontrer des réfugiés qui ont réussi après de nombreuses années en Chine à rejoindre un pays voisin puis enfin Séoul. Mais la mission s’avère difficile. Je reçois certes deux adresses emails mais personne ne me répond. Ils ne parlent probablement pas l’anglais. Enfin, une traductrice me laisse tomber le jour même d’une rencontre que je dois par désarroi annuler. Je traque en parallèle un réalisateur, un pianiste et un chanteur de Hip Hop. Finalement, avec l’aide d’un Américain installé depuis 8 ans à Séoul, j’arrive le jour même de mon départ à rencontrer le chanteur de hip hop. Agé de trente ans, il a vécu l’enfer et possède sur son bras un tatouage indiquant le jour de sa libération. (à lire aussi prochainement).

wpid-20150829_101623.jpg

Entre-temps, j’ai enfin pu visiter la Zone démilitarisée, DMZ, qui sert de frontière entre le nord et le sud de la Corée. Cette région fermée durant les tensions de la semaine dernière a réouvert ses portes seulement samedi, la veille de notre départ. Il s’agit d’une sorte de Disneyland touristique qui demande une demi-journée de voyage et qui comprend la visite d’un des tunnels d’agression construit par les nord coréens. Le troisième a été découvert en 1978. La galerie, percée à 73 mètres de profondeur, pouvait laisser passer 30 000 hommes par heure et devait permettre l’attaque de Séoul, la capitale située à moins de 50 kilomètres. On accède ensuite à un mirador duquel on découvre, de l’autre côté de la ligne, à deux kilomètres de nous, le panorama d’un sinistre pays. Avec l’aide de jumelles, on observe les bâtiments des villages d’en face. Il n’y a pas âme qui vive. L’un des hameaux se nomme ironiquement Propaganda village. J’espère voir un cycliste, un piéton. Mais je ne verrai rien.

wpid-20150829_112743-1.jpg

wpid-20150829_082227-1.jpg

wpid-received_10153176812707252.jpeg

Avant de repartir, on visite la station de train qui permettra un jour – qui sait – de lier Séoul à Pyongyang. Je décide de m’allonger une fois de plus par terre (c’est la performance de l’été 2015) devant le soldat. Dan, un des réalisateurs américains, me photographie en criant semi-amusé, semi-hystérique : « C’est de la folie, il va nous tirer dessus! » Des étrangers se joignent à lui et me photographient. Une touriste décide de m’imiter et puis un autre.

wpid-20150829_120433.jpg

Enfin on passe par la boutique de souvenirs. J’aurais pu ramener un morceau de barbelé vendu à plusieurs dizaines de dollars mais j’ai opté pour une bouteille de vin nord coréen.

wpid-20150829_113454.jpg

En effet, jusqu’en 2007, la Corée du Sud importait du vin, de la bière et des légumes. Ma guide se rappelle avoir souvent acheté des champignons du nord car moins onéreux. Aujourd’hui, ces transactions sont interrompues. C’est dommage quand on pense que le gouvernement de Pyongyang fabrique le crystal meth le plus pur au monde.

wpid-20150829_113636.jpg wpid-20150829_113746-1.jpg