Peau de phoque sur les pentes du Val d’Anniviers historique

Premières neiges donc premières glissades à St-Luc et Chandolin. Deux stations de montagne traditionnelles pour les épicuriens férus d’authenticité. Un paysage bucolique digne d’une carte postale.

Copyright Romain Daniel / Sierre-Anniviers Marketing

«Essayez de convaincre une vache de vous suivre dansces chemins escarpés ! Je vous assure que ce n’est pas la même chose que de promener son chien», s’amuse Charlotte Renaud Boutilly en regardant les photos de la désalpe du Val d’Anniviers, de septembre dernier.

IMG_3887 (002).JPG

Animations folkloriques et ambiances musicales complètent la descente des troupeaux en plaine. Dans le cortège, parmi les reines fleuries, se distinguent Titeuf (la vache pas l’enfant terrible de préaux) et la directrice du Chandolin Boutique Hôtel. Ce chalet cossu en pierre et bois de cèdre au design résolument zen a d’ailleurs été consacré en 2019 «meilleur hôtel de montagne en Europe». Sacrée à deux reprises reine laitière, Titeuf broutera son foin cet hiver dans une étable de la station de ski et nous – les clients de l’établissement quatre étoiles – goûterons sa délicieuse tomme à l’affinage maison.

Lire la suite

Des recettes gourmandes à la couleur café 

Chasse et produits automnaux accompagnent le défi que 25 chefs de renom de la haute gastronomie suisse se sont lancés : apporter une note aromatique à leurs plats en incluant des éclats de café dans leurs recettes. Petite virée chez quatre d’entre eux. Et pas des moindres.

« Il y a trois choses, dans la vie, que je ne supporte pas : le café brûlant, le champagne tiède et les femmes froides », disait Orson Welles. Qu’on le rassure, le café, ici se décline en gelée, crumble, émulsion mais ne sera jamais tiède. Alors, en voiture Simone !

A Troinex, Serge Labrosse sublime les recettes traditionnelles

Pour cette 7eédition des Nespresso Gourmet Weeks, on commence notre escapade chez Serge Labrosse. Le chef a composé son premier grand repas de 60 convives lors de la communion de sa sœur. Il avait 14 ans. On comprend mieux pourquoi on craque aujourd’hui pour les ravioles transparentes, crémeux et jus corse de cèpes le tout accompagné d’un crumble au café du Népal. Nous sommes à La Chaumière de Troinex (GE) et, en automne, les champignons se ramassent à la pelle.

eaa9dce3-bbf6-48c0-8232-eac7606b7ce8.JPG

Lire la suite

L’Islande et l’Elfe fana de Metallica

Virée dans les entrailles de l’âme viking, le royaume brumeux d’une destination propice aux polars. Entre deux fumerolles, les kilomètres s’avalent dans le Cercle d’Or, ce circuit populaire qui réunit les attractions phares du pays.

IMG_8087.JPG

Dans l’avion Icelandair au départ de Genève, l’hôtesse me tend une paire d’écouteurs moyennant six euros. Effroi. «Vous pourrez les garder», me rassure-t-elle. Six euros, soit le prix à payer pour découvrir leur sélection de films islandais. J’avais déjà vu «Woman at war» de Benedikt Erlingsson avec un humour pressé à froid. Là, leur programmation offre de la grisaille : meurtres et dépressions sous une pluie battante. Lire la suite

L’île Maurice, du dodo aux currys épicés

Fonds marins et végétation luxuriante, temples hindous et singes voleurs, l’île Maurice se décline à l’infini de ses eaux cristallines. Une parenthèse de rêve pour oublier notre pesante grisaille.

img_2772

– «Bonzour!»

– Notre guide zozoterait-elle?

– Non, elle vient de dire «bonjour» en créole mauricien, me chuchote ma voisine de bus.

J’ai atterri sur cette perle de l’océan Indien à 5h20, et j’embarque fissa pour l’excursion « Maurice autrement ». Le bus quitte le Club Med de la Pointe aux Canonniers avec une joyeuse bande de gais lurons, tous des Gentils Membres comme moi, l’éternelle single des groupes. Lire la suite

D’une rive à l’autre, les marmites des palaces s’encanaillent    

Comment l’appelle-t-on déjà ? Le lac de Genève ou le lac Léman ? Exit le « casus belli », ce week-end, on se déleste de notre arrogance pour naviguer entre Evian-Les-Bains et Lausanne, deux escapades idéales en cette nouvelle saison.

Evian One (4)

«Les sanglots longs des violons de l’automne», écrivait Verlaine. Cette saison au feuillage roussi l’emplissait jadis de nostalgie. C’est aussi mon cas. Ainsi, persiste l’envie d’étirer le rayon vert de l’été et de naviguer encore sur le lac. Après 45 minutes à bord de l’Evian One qui flirte avec les 90 km/h, on pose ses valises à l’Hôtel Royal lové au cœur du domaine Evian Resort. Entièrement rénové, le cinq étoiles rouvre en juillet 2015. Le mobilier élégant et moderne épouse les souvenirs arrondis d’une atmosphère florale Belle Epoque. L’édifice inauguré en 1909 pour accueillir le roi Edouard VII fait la part belle à lumière qui rentre de partout. Lire la suite