Une Biennale gargantuesque pour une faim de Lyon

Oui c’est possible jusqu’au 5 janvier 2020 : la Biennale d’art contemporain, une halte gastronomique et un cocooning soyeux dans un hôtel historique de l’ancienne capitale des Gaules.

Views c Eric Cuvillier 1.jpg

– Et voici en guise d’amuse bouche de la cervelle des canuts.

– Vous dites ?

J’évite poliment l’étouffement. Le déjeuner a lieu à l’Epona, la nouvelle brasserie chic de Lyon, capitale de la gastronomie où tripes et abats vivent encore des jours heureux. Je suis exactement à l’endroit où Rabelais exerça comme médecin sur les rives du Rhône, au Grand Hôtel-Dieu. Jadis, cet hospice déjà prestigieux, couronnait l’entrée de la ville. Jacques-Germain Soufflot, l’architecte du Panthéon de Paris, est le père de cet édifice à vous couper le souffle. Cet emblème de la ville a fait aujourd’hui peau neuve. Il accueille dans son écrin granitique l’InterContinental Lyon Hôtel Dieu, inauguré il y a 6 mois seulement. Lire la suite

Vik Muniz : des racines, des hommes et quelques bulles…

Oeuvres de Vik Muniz - Scénographie de Nathalie Crinière 4.jpg

L’artiste brésilien donne vie aux ordures et ce n’est pas rien. Mais Ruinart ne l’a pas approché pour cette raison. Chaque année, la Maison de Champagne, partenaire des plus grandes foires d’art, donne carte blanche à un artiste de renom. Une manière de partager son patrimoine et son savoir-faire à travers leur vision.

Vik Muniz et Rossy de Palma.jpg

Il aura fallu trois ans pour apprivoiser l’agenda surchargé de Vik Muniz, véritable coqueluche des galeristes, dont Renos Xippas. Leur collaboration se vernissait la semaine dernière à Paris devant un parterre de VIP au Palais Brongniart.

img_6062

Par battements de cils, j’ai pu envoyer un message visuel de félicitations à l’excellent  journaliste Augustin Trapenard (qui a dû penser que je venais de recevoir un jéroboam de Blanc de Blancs dans l’œil). Lire la suite

Nice: Les artistes de la Baie des Anges

ILLUSTRATION NICE

Sur la promenade des Anglais, des sportifs soufflent et des enfants chahutent insouciants devant un couple d’Italiens émerveillé par le coucher de soleil. « Nice s’est relevé de son 14 juillet», déclare sereine une grand-mère. Un vent printanier caresse son visage.

COULEE VERTE

Selon une légende urbaine, sur cette même promenade déambulait, dans les années cinquante, deux artistes du cru aux ambitions révolutionnaires. Yves Klein et Arman, alors jeunes adultes, décident de se partager le monde. L’un acquiert le bleu du ciel pour en faire sa signature. L’autre, la terre et ses richesses accumulées. Lire la suite

Le festival de Cannes et une courgette, what else?

Capture d’écran 2016-05-17 à 18.05.33.png

« Depuis quand vais-je à Cannes ? » Voici la question qui m’a taraudée durant mon récent séjour sur la Côte d’Azur. Je manque d’exactitude dans ma vie mais je pense avoir foulé le sol de la Croisette une quinzaine de fois. 15 années à cumuler des ampoules aux pieds, à hurler un « je n’ai plus rien à me mettre! » devant ma valise vide alors que je sors à peine d’une projection et que je dois me rendre à un cocktail de la plus Ôôôte importance. Mais je retiens surtout 15 années durant lesquelles j’ai cumulé des 4 heures de sommeil par nuit pour décuver dès 8h aux projections (qui commencent à 8h30). Lovée dans mon siège, j’ai pu applaudir, renifler, m’endormir, sursauter, gémir d’impatience devant parfois les plus beaux films du monde. Lire la suite