Lausanne: Une larme de Nespresso sur votre cabillaud?

mcb-a_Ai Weiwei_Vue des salles_presse_MCBA_2

Une fois n’est pas coutume, mon escapade se trouve à 33 minutes de mon domicile. A Lausanne, Ai Weiwei a répondu à l’invitation de Bernard Fibicher, directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts (mcb-a) et investi de son art les musées d’archéologie et d’histoire, de zoologie, de géologie et de la monnaie, ainsi que la bibliothèque cantonale et universitaire du Palais de Rumine. Une sorte de chasse au trésor sur quatre étages pour retrouver la quarantaine d’oeuvres du dissident chinois faisant écho aux thématiques de ces musées. Lire la suite

Marrakech : le safran et le nouveau musée Yves Saint Laurent

3) Yves Saint Laurent. Place Djemaa El Fna. © Reginald Gray

Au coeur de la ville des Rois, sur la place Jemaa el Fna, les clameurs des charmeurs de cobra, des porteurs d’eau, des tatoueuses de henné et vendeurs d’escargots se mêlent au cliquetis des calèches. Voici le Marrakech de Saint Laurent – immortalisé ici par le portraitiste Reginald Gray – qu’il découvre en 1966. Ville où il aimera se reposer par la suite après chaque défilé. Lire la suite

Vacances à Venise, Katharine Hepburn et ce fichu tapis rouge

Capture d_écran 2017-09-08 à 13.46.09

« Vous auriez dû me voir aux Jeux Olympiques», lâche l’Américaine trempée tout en se faisant hisser par des badauds. La voilà sortie des eaux vertes et polluées d’un canal. Grand moment de solitude car personne autour d’elle ne parle anglais. « Oh, laissez tomber » conclura-t-elle avant de fuir pétrifiée de honte. Lors du tournage de « Vacances à Venise », Katharine Hepburn s’était fachée avec le réalisateur David Lean qui, pour le besoin de cette scène, l’avait contrainte à tomber maladroitement dans l’eau stagnante de la Cité des Doges. « Par la suite, l’actrice n’aura de cesse de répéter que son infection aux yeux, qui la fera souffrir tout le reste de sa vie, était dûe à cette immersion dans le styx.» Lire la suite

Bodrum : le roi Mausole et sa boîte de nuit Halicarnasse

20170820_200417

La première fois que j’ai mis les pieds à Bodrum, j’ai couru, mon passeport en main, durant 15 minutes sans jamais regarder derrière moi. J’avais 17 ans et rentrais d’une escapade sur les îles grecques. Une amie m’accompagnait. Rebelles, nous voulions vivre nos premières aventures au lieu de se prélasser au bord de la piscine. La négociation auprès de nos parents fut âpre : 3 jours maximum. L’impression de vivre l’Iliade en mode accéléré avec des sauts de puce d’une île à une autre:

– Z’y va Homère, pimpe tes vers, on n’a pas 15 ans pour pécho Pénélope mais 3 jours pour le tour des îles.

Grâce à un an de grec ancien je déchiffrais les panneaux (sans rien y comprendre) et partais dans des diatribes anachroniques :

Salut philosophe ! Où pouvons-nous donner de la paille à notre cheval ?

-Sorry ?

– Ah! Tu parles anglais. Yep, alors en fait, je cherche à faire le plein d’essence du scooter. Lire la suite

La route du bonheur: De l’Oberland bernois au Valais central

J’ai toujours dit que je visiterai la Suisse à partir de mes 40 ans. Ben, « in your face » comme on dit. Nous y voilà.

20170708_073149

Pour couper net à ces chaleurs estivales, direction la guirlande des sommets du Valais et du canton de Berne pour 4 jours de vadrouilles. Au menu: randonnée, natation et sport que je ne me gênerai pas de qualifier d’« extrême ». Une amie m’accompagne à la découverte de ce que le groupe Relais & Châteaux appelle : la Route du Bonheur. Lire la suite