Palerme : Visconti,Verdi et les spaghetti à la sicilienne

Direction le chef lieu de la Sicile pour deux jours riches en opéra, soleil et églises. Un week-end 100% gluten flanqué d’une bonne rasade de vin volcanique.

Capture d_écran 2017-04-21 à 14.09.03

La première règle de survie en débarquant à Palerme ? Maitriser son coup de hanche pour esquiver les scooters qui zigzaguent en vieille ville et ne pas avoir honte de leur hurler (sur un ton très contrarié) : « Mamma Mia ! Spaghetti, tortellini ! »

Capture d_écran 2017-04-21 à 08.41.21

Règle numéro deux, ne pas prendre un hôtel mais un appartement. J’ai fait l’expérience avec http://www.holidayhomepalermo.com/. Résultat, j’ai logé au cœur du quartier historique dans un duplex avec deux chambres à coucher, un salon et une terrasse ensoleillée qui donne envie de s’installer sur place, de se marier à un Sicilien et de lui faire six enfants.

Capture d_écran 2017-04-21 à 08.41.10

Dans la cuisine, une corbeille de fruits et du spumante m’attendaient en guise de bienvenue avec des cannolis. C’est un dessert authentique à la forme d’un rouleau de pâte croquante farci d’une crème à base de ricotta, agrémenté de pépites de chocolat et de dés de courge confite. Une tuerie 100% gluten.

Le centre ville se visite à pied avec, à chaque dix mètres, la possibilité de découvrir une église ou une boutique design ou… à nouveau une église. Une cinquantaine d’échoppes possèdent le label de l’association ALAB qui regroupe des artisans, artistes, étudiants et amateurs impliqués dans le développement culturel et créatif des vieux quartiers de Palerme.

20170330_174316

A mi-chemin entre art et artisanat, la production industrielle ne trouve pas sa place. Ici, tout se fait made in Italy et en pièce unique. En voilà une qui crée ses sacs façon Freitag avec des voiles récupérées sur des bateaux, un autre qui façonne ses besaces en cuir tandis qu’une troisième crée ses propres carnets en récupérant les emballages des marchés destinés aux fruits, légumes, viandes ou poissons. Aussi étrange que cela puisse paraître, le résultat est non seulement inodore mais en plus génial.

20170330_181442

Ces boutiques ALAB s’entraident ce qui permet, entre deux églises (elles sont partout), et deux arcades tenues par la mafia, de créer une dynamique branchée avec bars et cafés en prime où se retrouvent les étudiants siciliens.

20170330_182515

Côté historique, première grande halte importante avec le Palais des Normands. Ce symbole suprême du pouvoir politique est un élément d’orgueil pour la ville, principalement pour ses mosaïques de l’école byzantine que l’on retrouve dans la chapelle palatine. Le Christ en Pantocrator et les scènes bibliques habillent avec éclat le dôme, le transept et les absides. Elles sont parmi les plus importantes de Sicile (avec Monreale). Les plus anciennes remontent à 1143. Dans la salle du roi Roger, les mosaïques représentent des scènes de chasse avec entre autre un guépard…

20170402_124704

Qui a dit Gattopardo ?

Au cœur de la Kalsa, le centre historique de Palerme, la visite privée du Palazzo Gangi va commencer. « La Princesse Carine Vanni Mantegna est hélas absente », nous annonce son majordome. Elle vient de perdre son père et a dû rentrer de toute urgence en France.

IMG-20170402-WA0052
Crédit : Fabian Echeverria

En l’absence de l’épouse de Giuseppe Vanni Mantegna, l’employé qui lustre, ponce, nettoie et préserve ce palais de 8 000 mètres carrés devient notre guide. Il nous trimballe d’un salon à l’autre. Chaque centimètre se décline dans le style rococo sicilien surchargé et pourtant sublime. Mon application Healthy s’excite: « tu marches beaucoup trop ma fille ! » Le majordome nous pointe du doigt une lettre rédigée par Wagner himself dans un français impeccable pour remercier le propriétaire et sa famille de leur hospitalité.

IMG-20170402-WA0054
Crédit: Fabian Echeverria

Voici enfin la salle la plus mythique du cinéma italien. Celle où s’est tournée le bal du « Guépard » (1963) avec Alain Delon et la toute jeune Claudia Cardinale. Luchino Visconti a eu besoin de 600 figurants et 1000 techniciens, brodeuses, accessoiristes, décorateurs et costumières pour faire de cette scène l’une des plus fastueuses du cinéma.

Capture d_écran 2017-04-21 à 09.00.42

A l’heure de l’aperitivo, petit halte obligatoire à l’Enoteca Picone dans le quartier résidentiel de Palerme. Ici, 7000 bouteilles de vin sont en vente. Le propriétaire des lieux, Francisco Picone nous accueille son verre de spumante Planeta à la main, produit en Sicile selon la méthode champenoise. Son père est à l’origine en 1946 de cette enivrante collection. «  A l’époque , la culture du bon vin n’existait pas vraiment. Les gens sifflaient en moyenne 360 litres par année. Aujourd’hui, on a appris à déguster. »

20170330_195555

On savoure dans la foulée le fruit du labeur d’une viticultrice locale. Alice Bonaccorsi produit le ValCerasa Etna Bianco, un vin bio issu des terres laviques du volcan sicilien. « Il y a cinq ans, ils n’étaient pas plus de 20 producteurs autour de l’Etna, aujourd’hui ils sont une centaine à aimer son résultat élégant en bouche», conclut le propriétaire.

20170401_214143

Tout en titubant légèrement, on rejoint sa loge dans le superbe Teatro Massimo Vittorio Emanuele qui était, à son inauguration, en 1897, le plus grand opéra d’Italie et le troisième d’Europe, après le Palais Garnier de Paris et le Staatsoper de Vienne.

IMG-20170402-WA0085
crédit: Fabian Echeverria

Ce soir, nous écouterons « La Traviata » de Giuseppe Verdi. L’œuvre est inspirée du roman « La dame aux camélias » d’Alexandre Dumas. Cette représentation en trois actes nous emmène à Paris autour de 1850. Alfredo tombe amoureux d’une courtisane en vue, Violetta Valéry. Amoureuse, Violetta abandonne son métier et se donne sans réserve à Alfredo. Et vlan, voilà qu’elle se met à toussoter. La tuberculose dont elle était déjà atteinte, reprend de plus belle.

IMG-20170402-WA0084
Crédit : Fabian Echeverria

Entre chaque acte, nous tentons de ramener une bouteille de champagne dans notre loge mais on découvre avec effroi que c’est interdit. « E vietato ! » nous crie un jeune cerbère prêt à tout pour démanteler notre réseau de fraudeurs.

20170401_212846

Je ne vais pas spoiler la fin de l’opéra… allez si, je le fais : elle meurt dans les bras de son amant. Et toc. En même temps, honte à celui qui ne connaît pas ses classiques. On sèche ses larmes façon « Pretty Woman » tout en sifflotant « Addio del passato » et on se fait un dernier selfie dans ce théâtre qui est apparemment aussi gay friendly puisqu’il arbore les couleurs du drapeau arc-en-ciel sur ses colonnes lors du défilé de la communauté LGBT sicilienne en juin. Ben tiens, en voilà une bonne occasion pour retourner à Palerme.

Infos pratiques :

Où loger :http://www.holidayhomepalermo.com/

Quoi voir et faire : www.visitpalermo.it

Où boire un verre de vin : www.enotecapicone.com

 

Une réflexion sur “Palerme : Visconti,Verdi et les spaghetti à la sicilienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s