Black is the new red : de New York à la « haute couture » de Termanthia

hotel-ritz-madrid

La fashion week de New York se termine. Alors hop! ——> vol de nuit avec Air France en classe business dans l’A380 ——> Transit à Paris sous la pluie ——> Arrivée à Madrid sous le soleil et check-in au Ritz ——–> évanouissement mérité dans un lit aux draps fichtrement bien repassés. Lire la suite

Corée du Sud: le festival EIDF à Séoul et les avions en papier de Monsieur Ping-Pong

24h: Afrique —> Moyen-Orient —> Asie.

20150823_175014_resized

Durant le vol Qatar Airways qui m’emmène à Séoul, je repense à l’email télégraphique de ma mère : « Corée du Nord : armée prête au combat. » Suivi d’une sommation : « Ne va pas là bas! » Elle ne s’arrêtera donc jamais de s’inquiéter. J’imagine déjà Kim Ping-Pong lancer ses avions en papier par delà sa frontière et me réjouis presque de cette situation instable.

20150823_230425-1

Je viens de caresser dans le sens du poil une bouteille de Krug au lounge de Doha (Krug? Oui, Krug!) en écoutant un ancien ambassadeur. Il vient d’Abu Dhabi mais a travaillé plusieurs années en Tanzanie. Il s’y est acheté une maison avec 11 chambres à Arusha qu’il veut transformer en resort. Il me montre les photos de sa demeure sur son Ipad moi je le regarde les sourcils froncés. Je trouve qu’il ressemble fâcheusement à Bill Cosby. On parle du Moyen-Orient, de mes films, du financement qu’il pourrait peut être me trouver pour un projet de documentaire. Le serveur, lui, est kenyan alors on lui commande nos plats en swahili, langue que je maitrise à la perfection depuis mes deux semaines passées en Tanzanie.

wpid-20150824_200957.jpg

A peine l’avion atterri à Séoul et ma température prise par des officiels du département de la santé, je file aux WC de l’aéroport : une robe noire, du rouge à lèvres et je me voilà fin prête pour rejoindre la cérémonie d’ouverture du festival. Nous n’avons qu’une heure et quart pour y arriver. Juste avant la cérémonie, se tient un cocktail. J’arrive pile à la fin et vois sur une petite estrade les quatre autres cinéastes internationaux rouges de honte. Le présentateur leur demande de danser « Gangnam Style ». Mon interprète me pousse à les rejoindre. Je suis catégorique : jamais.

Enfin la salle de spectacle s’ouvre. Nos places sont numérotées. Je fais la connaissance d’un réalisateur indien qui est arrivé 3 jours plus tôt pour filmer à Séoul un court-métrage de science-fiction. On est tous en plein jetlag culturel. Un cinéaste hollandais que j’avais rencontré au pitching du réel de Nyon, il y a 2 ans, rit. Il paraît que 70% des sous-marins nord coréens ont disparu des radars américains.

wpid-received_10155999032875154.jpeg

wpid-20150824_210424.jpg

wpid-20150824_204607-1.jpg

La cérémonie d’ouverture de ce festival – qui se veut archi pointu en documentaires et qui a comme présidente du jury  la directrice de l’IDFA – tient de l’Eurovision. Une succession de femmes et enfants chantent les uns après les autres tandis que des hommes en costume palabrent des heures durant remerciant Dieu sait qui. J’imagine la même cérémonie en Corée du Nord. Un des militaires se trancherait la gorge sur scène en hurlant son amour indéfectible à Monsieur Ping-Pong.  Heureusement qu’on a tous dans nos chambres un masque et la bible à portée de main. je me couche en repensant à cette folle journée et à ces continents traversés. Bon sang, mais qu’est devenu l’acteur qui jouait Bill Cosby? J’arrête pas de me poser la question.

wpid-20150825_135424-1.jpg

Olivier Krug, ambassadeur de la permanence rémoise

Olivier Krug 1

Krug incarne la Rolls Royce du champagne. Sixième génération de la famille rémoise, Olivier Krug est le gardien de cette maison membre de la galaxie LVMH qui, malgré sa réputation mondiale, préserve une fabrication artisanale. On l’a rencontré dans un salon de l’hôtel Zoo Berlin en avril dernier. La veille, Jacky Terrasson, le célèbre pianiste de jazz, se produisait en showcase privé lors d’un dîner very VIP et bien arrosé.

La musique…

Comme nous sommes aussi un peu des artistes, la maison s’est associée avec le pianiste de jazz Jacky Terrasson pour 7 concerts donnés un peu partout dans le monde. En Asie, en Europe et aux Etats-Unis. Il faut dire que déjà mon grand-père possédait un salon de musique dans lequel il accueillait des concerts. C’est une manière de poursuivre une passion familiale. A Reims, nous avons reçu dernièrement The Dø avec lesquels nous avons passé la journée dans les caves et les vignes.

IMG_0912_2

L’héritage…

Je suis l’ainé de ma fratrie. Je me souviens, enfant, je voulais déjà ressembler à mon père. J’ai un paquet de madeleines de Proust : les odeurs, les vignes, les mots de vocabulaire bizarre que les vignerons utilisaient entre eux. Quand j’avais six ans, mon père rejoignait à 5h du matin les pressoirs pour vérifier la qualité des raisins. Je l’accompagnais. Jusqu’en 1996, il y avait aussi mon grand-père. Aujourd’hui, nous avons établi une coalition parfaite avec LVMH : je ne suis pas chez moi mais on me demande de faire comme si je l’étais. Je tiens le rôle énorme d’ambassadeur de la marque.

IMG_0913

La succession…

Je n’impose rien à mes enfants. Je les sais connectés aux réseaux sociaux. Ils suivent les soirées que nous organisons aux quatre coins du monde. Je les emmène aux vendanges sans jamais forcer celui qui ne veut pas.

Le savoir…

Pour réaliser l’assemblage de la Grande Cuvée, nous compilons 400 vins. 150 de réserve qui sommeillent parfois jusqu’à quinze ans et 250 de l’année que nous avons choisis en comité de dégustation. Notre comité compte sept personnes, je suis le membre le plus ancien. Nous nous regroupons autour d’Eric Lebel, notre chef de cave. Le comité de dégustation se réunit environ 80 fois dans l’année. A la fin du processus, avec le vieillissement en flacon, une Grande Cuvée contient plus de vingt ans de vins.