Baden-Baden : détox façon Belle Epoque

BrennersParkHotel-Pool2_8665

  • Allez ! Je crois en vous !

Visage rouge écarlate. Déjà 30 secondes que je survis dans la position de squat, cette torture débile que les professeurs de fitness ont inventé. Mes cuisses tremblent, 10 secondes de plus et je les perds. La radio grésille dans ma tête, Madonna entonne : « Strike the pose ». Enfin, le bip sonne la libération de ce gainage. Une minute. La plus longue de mon existence. Je m’effondre dignement. Kevin, mon coach sportif me répète qu’il est fier de moi.

  • Et moi, je vous aime, marions-nous, fuyons ensemble, soyons fous. Finissons-en avec cette cruauté.
  • Was ?
  • Allez, faisons l’exercice suivant.

Brenners Park View.jpg

Je suis inscrite au programme détox du Brenners Park Hotel & Spa de Baden-Baden, le premier établissement de la Collection Oetker. Six jours de marathon : cours de yoga, balade à vélo, enveloppement aux algues, peeling, réflexologie, massage, sauna, suivi médical et coaching nutritionnel le tout ponctué par trois repas sans gluten ni lactose concocté par le chef Mohamet Joshani.

Villa-Stephanie-couple-treatment-room_9370.jpg

Le plus dur ? L’absence de beurre. Je suis une butterophile, je le mange d’habitude à la cuillère et ce, sans vergogne. C’est peut-être pour cela que dernièrement ma balance m’a crachée au visage un poids indécent. Cerise sur le gâteau, ma part masculine commence sa crise de la quarantaine, j’ai donc décidé de me réfugier au cœur de la Forêt-Noire pour débrancher et me ressourcer.

Baden-Baden_Lichtentaler Allee.jpg

Niché dans un parc privé, le long de la Lichtentaler Allee, surnommée l’avenue des flâneries et bordé par l’Oos, la villa Stéphanie possède quinze chambres et suites. Cette dépendance reliée au cœur historique de l’hôtel était anciennement destinée à recevoir les invités royaux.

VillaStephanie-Exterior1_2007.jpg

Son nom rend hommage à la Grande-Duchesse Stéphanie de Bade, fille adoptive de Napoléon 1er. Ce 5*, appelé à l’époque Hôtel Stéphanie-les-Bains, incarnait déjà à son ouverture en 1890 une quintessence de l’hôtellerie européenne avec des équipements thermaux jusqu’alors inconnus, de quoi faire craquer les élégantes en froufrous.

Fireplace Salon.jpg

Oasis de bien être, donc.

Aujourd’hui, entièrement rénové, cet ancien palais joue sur l’intimité d’un luxe discret. Ici, on entre dans une convalescence méritée, on suit un programme de réparation que ce soit pour une cure nutrition, de détox ou un besoin de rééquilibre émotionnel suite à un surmenage.

Villa-Stephanie-Plunge-Pool-fishes_7431.jpg

Dans ce temple de 6700 m2entièrement dédié au bien-être (avec un sauna de 500 m2),difficile de cacher ne serait-ce qu’un seul carré de chocolat. Et franchement, on s’en passe dès le premier jour.

Baden-Baden_city view.jpg

L’occasion entre deux traitements de visiter aussi cette ville d’eaux figée dans un décor romantique si cher au XIXème siècle. Il y a 54’000 habitants pour 2000 ans d’histoire. Son centre se visite à pied.

Baden-Baden_Rebland.jpg

En été, la Forêt-Noire se découvre à vélo électrique. Châteaux, calèches, opéra, casino, rajoutent une touche de couleur pastel à l’aquarelle. Dans cette cité cultivée, on compte, selon un prospectus touristique, 1000 édifices et parcs classés au titre de la protection des monuments historiques du Land de Bade-Wurtemberg.

Hotel_Kurhaus_exterior.jpg

Déjà sous l’empereur Guillaume 1er, Français, Anglais et Russes débarquaient dans cette capitale d’été de l’Europe avec dans leurs malles, musiciens et écrivains pour les distraire. Ainsi, Frantz Liszt convaincra la cantatrice Pauline Viardot de s’y installer. L’écrivain Ivan Tourguéniev, épris de cette dernière, débarque dans la foulée.

Baden-Baden_Casino.jpg

Hector Berlioz inaugure le théâtre et Fiodor Dostoïevski, en joueur invétéré, cèdera à ses démons dans la salle Pompadour du sophistiqué casino, inauguré en 1855. Quel idiot. On susurre même que Sissi y aurait passé plusieurs semaines avec 36 personnes et une vache histoire d’avoir toujours du lait frais.

Baden-Baden_Horse Carriage_Theater.jpg

En allemand Baden signifie «prendre un bain». Le nom de la ville sera doublé en 1931 en Baden-Baden pour la différencier de ses cousines en Allemagne, en Suisse ou en Autriche. Déjà, à l’époque des Romains, les premiers établissements balnéaires se construisaient dans l’enceinte de la cité appelée jadis Aquae Aureliae.

Baden-Baden_Trinkhalle.jpg

Du luxueux Friedrichsbad ou Bains de Frédéric, un bain considéré comme le plus moderne d’Europe depuis son ouverture en 1877, Mark Twain, dira : « Après 10 minutes, j’y oublie le temps. Après 20 minutes, le monde. » Et de l’eau riche en minéraux qui se buvait à l’époque à la Trinkhalle, il rajoutera avec flegme : «Après cette eau, il me faut une bière.»

Villa-Stephanie-Superior-Room-Bedroom_8917

De ma chambre à coucher, j’ai vue sur l’allée des musées (Museumsmeile) et sur le Musée Frieder Burda. Ce joyau architectural signé Richard Meier (auteur notamment du MACBA de Barcelone) abrite une collection d’art moderne et contemporain avec une salle dédiée à l’expressionnisme allemand. On se promène entre August Macke, Alexej von Jawlensky ou encore Ernst Ludwig Kirchner.

Baden-Baden_Museum Frieder Burda.jpg

A seulement une heure et demie en train de Bâle, cette escapade respire un calme surprenant et revigorant même si on y trouve une concentration de berlines luisantes, de boutiques de luxe sans parler des tables étoilées. Peu importe l’heure de sa promenade, on a l’impression que tout le monde trottine dans sa paire de pantoufles et chuchote, comme pour prolonger jusqu’à l’extérieur cette ambiance calfeutrée et sereine des bains thermaux qui traverse les siècles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s