Lausanne, entre la mode suisse et « le dimanche de Monsieur Marc »

Capture d’écran 2016-05-24 à 11.45.17.png

Ah! Le quartier du Flon, ses artères quadrillées, son shopping qui me rappelle trois souvenirs de ma jeunesse (pour citer Arnaud Desplechin) avec les Pompes funèbres, Maniak et ses chanteurs qui professent des paroles divines à coup de swing africain… En voilà une manière de bien commencer son week-end.

wp-1464016064967.jpg

Car oui, j’ai toujours dit que je ne visiterai pas la Suisse avant mes 40 piges. Ben voilà, j’y suis: 40 balais au compteur ma p’tite dame… Et je ne connais toujours rien du territoire helvète. Alors direction Lausanne pour un premier séjour qui tournera autour de la mode, de la détente et d’un miam miam trois étoiles.

wp-1464016056461.jpg

Ce samedi, se tient, au coeur du Flon, la deuxième édition du Swiss Fashion Point. L’occasion pour démArt de se transformer en un concept store éphémère. Cet espace accueille 14 labels de chez nous (ben oui ma p’tite dame y’a pas qu’un créateur de mode en Suisse). On retrouve Mademoiselle L – qui m’enlève une épine du pied en me prêtant une tenue pour un shooting à venir dans un magazine zurichois – Viva Frida qui revisite des robes second hand en les stylisant à sa sauce.

wp-1464016078825.jpg

Les bijoux de Baies d’Erelle s’associent aux pochettes d’Exuma tandis que Laboratoire,fondé en 2000 à Lausanne, poursuit son travail riche en détails et petits plis qu’on adore retrouver dans le creux d’un pull ou au verso d’un tee-shirt. Dans l’ensemble, ce showroom présente des designers confirmés ainsi que d’autres émergeants mais prometteurs et autant dire qu’il n’a pas désemplit de la journée de fashionistas.

wp-1464083434066.jpg

Je termine la visite par un brunch pop up signé Les Ripailleuses. Ce groupe de copines exécute des recettes créatives, bio et sans allergènes dans des lieux chaque fois surprenants de Lausanne. Pour moi, le « sans gluten » incarne l’ennui mortel et me donne toujours l’envie de brouter du papier carton en signe de protestation. Et bien non. La salade se veut gourmande à souhait, les tartines sont créatives et la déco printanière est si jolie qu’il me faut peu pour ne pas suçoter les fleurs du vase.

wp-1463941775066.png

J’enchaine avec deux heures de farniente dans le tout nouveau spa du Royal Savoy. Ouf, il est encore seulement accessible aux clients de l’établissement. Dès lors, le petit bain de soleil se passe en toute tranquillité sur l’un des canapés du jardin avant de passer à la casserole : piscine, jacuzzi, hammam et bain de pieds.

wp-1464016237227.png

J’apprends que Julia Winkler a déposé ses valises dans une chambre de l’hôtel. La créatrice de mode zurichoise vit à Berlin et cumule les reconnaissances. Mais si ma p’tite dame, c’est bien elle qui avait remporté le prix Annabelle lors de la Mercedes-Benz Fashion de Zurich en 2009 alors tout juste âgée de 26 ans. Et bien, la voilà avec sa marque Studio Winkler qui organise une vente privée le même jour que le Swiss Fashion Point. Si c’était pas le bon jour pour venir vider son compte en banque à Lausanne…

djm_F036_studiowinkler_M10_0915-23 .jpg

Le soir, comme la Brasserie de Montbenon se réserve, à peu de choses près, un an à l’avance, on obtient in extremis une table sur la terrasse du Café de Grancy, dans le quartier sous-gare, un autre bistrot branché. Un virgin bloody mary en guise d’apéro et on enchaine avec une sélection light en guise de souper.

wp-1464016035404.jpg

Car le lendemain, il est capital d’avoir l’estomac léger pour le premier “Dimanche de Monsieur Marc”. En présence du Chef trois étoiles Marc Haeberlin, nous sommes une vingtaine à découvrir la nouvelle formule du brunch, ce rendez-vous dominical qui recolle les pots cassés au sein des familles. Le Chef signe déjà les plats de la Brasserie du Royal mais officie principalement à l’auberge de l’Ill qui possède sa troisième étoile depuis 49 ans déjà.

RSL-MonsieurMarc-HD-4 copy

Pour ce repas, il promet « une cuisine conviviale avec des plats simples et du terroir à partager. Ces derniers évoluent au gré de la saison et des produits de la région ». Et pour changer, au lieu de l’habituel buffet, le service se fait à table.

RSL-MonsieurMarc-HD-13 copy

Après la planchette à partager et la quiche aux herbes et escargots du Mont d’Or (goûtée par erreur car je m’étais jurée ne jamais manger ces bestioles-là) je vise l’oeuf « parfait » aux chanterelles bouton cuit à 63 degrés durant… mince… j’ai oublié… un peu moins d’une heure (achetez-vous une douzaine d’oeufs et testez : c’est entre 48 et 60 minutes). On enchaine avec le poulet fermier « Label rouge » rôti et garni de pommes grenailles confites et légumes printaniers.

RSL-MonsieurMarc-HD-1 copy

Et avant de rouler par terre, la panse prête à exploser, une dernière ligne droite avec le baba au rhum, l’incroyable clafouti aux fruits rouges sans omettre la mousse au chocolat à la pistache caramélisée. Résultat ? 89sfr.- et 2 ans de régime.

csm_Steeve-Iuncker-Tatouage-2012-2016-_-Steeve-Iuncker_84b5e40d74

Pour finaliser le séjour, vous passerez par le Musée de l’Elysée puisque s’y tiendra dès ce soir l’expo de Steeve Iuncker. Moi je me suis gourée dans les dates ce qui fait que je ne vous dirai rien sur le travail du photographe genevois sinon que j’avais dû décorer une suite au Swissôtel Métropole de Genève et que j’avais fait appel à son approche glamour du festival de Cannes en accrochant 5 de ses oeuvres en noir et blanc.

Capture d’écran 2016-05-24 à 16.41.05

Enfin, sous le viaduc de Prilly, petit bourg lausannois, la Galicienne y a pris ses aises. Cette terrasse éphémère, véritable bol d’air urbain réunit et propose aux citadins un éventail d’activités. Ce dimanche, les dj’s de Note Gourmande s’y sont produit quand ce n’est pas, NOUS, un duo métissé et mixte que j’invite souvent à mixer à Genève. Ils balancent du son deep et coloré qui vibre sous nos pieds (ça rime) et on finit avec 2 bières dans le nez (ça rime encore). Mais hop… hop, il faut reprendre le train, faire une lessive, arroser les plantes, et hop… hop, voilà déjà le lundi qui arrive. Mais vous savez quoi ma p’tite dame? On s’en fiche car  je pourrai étrenner mes nouveaux habits et frimer devant mes collègues.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s