Carmen Chaplin : sur les traces de son grand-père

Actrice, réalisatrice et petite fille de Charlot, Carmen Chaplin rembobine la pellicule en noir et blanc et parle de ses soeurs, de ses parents et de sa tante Géraldine.

Carmen French

Sur la terrasse ensoleillée du Four Seasons Hotel des Bergues, à Genève, Carmen Chaplin se sert un verre d’Evian. Dans quarante cinq minutes, l’égérie de Jaeger-LeCoultre venue tout droit de Londres coupera le ruban de la nouvelle boutique flagship.

Quel souvenir gardez-vous de votre grand-père Charlie Chaplin ?

Nous habitions dans le sud de la France dans une ferme et mon grand-père vivait en Suisse dans un manoir avec un majordome. Les enfants dinaient séparés des adultes dans un salon annexe. J’ai gardé le souvenir d’une ambiance cérémoniale. Mon père a eu une relation tourmentée avec lui donc il nous en parlait peu. Mais je sais, par exemple, qu’il passait des heures dans son bain ce qui m’a conforté puisque j’aime aussi me couper du monde pour laisser libre court à mon inspiration.

Aimez-vous son cinéma ?

Enfant, j’ai d’abord aimé ses films avant d’aimer l’homme. « Un roi à New York » reste mon préféré car mon père y tient un rôle. « Les Temps modernes » m’émeut à chaque fois que je le vois. J’attends que ma fille grandisse pour lui faire découvrir cette filmographie sur grand écran accompagnée idéalement d’un orchestre.

Vous passez derrière la caméra. Une manière de lui rendre hommage ?

Ce serait écrasant d’essayer de lui ressembler. J’ai dirigé ma sœur Dolores dans mon premier court métrage et lui écris actuellement un rôle pour mon prochain film. Ma mère et ma fille m’accompagne aussi dans « A time for everything » qui rend hommage aux 180 ans de Jaeger-LeCoultre. J’espère réaliser un jour un clip pour ma sœur cadette, Kathleen, qui évolue dans la chanson.

DSC_7315

Il y a sept ans, à Cannes, on vous avait vu les trois sœurs émues sur scène lors de la remise d’un prix. Quel souvenir gardez-vous de ce moment ?

Nous avions eu peur de Jeanne Moreau durant les répétitions qui criait dans le micro : « Alors, on y va les petites ! » Lors de la cérémonie, je tenais la main de Kathleen. Elle est discrète et exhibitionniste à la fois mais à ce moment nous étions toutes pétrifiées.

Dans la famille, vous comptez aussi sur une actrice hors pair, Géraldine Chaplin…

Ma tante est une femme lumineuse. Avec Dolores, nous étions en pension en Espagne et passions nos fins de semaine chez elle, à Madrid. Nous avions treize et quatorze ans et prenions de longs petits déjeuners ensemble. Nous avons toujours préservé cette complicité.

Que souhaitez-vous transmettre à votre fille ?

Nous avons reçu une éducation libre de nos parents qui nous ont toujours fait confiance. Nous avons suivi une scolarité dans une région rurale du sud de la France. Ma fille, qui va sur ses trois ans, aime l’école ce qui n’était pas mon cas. J’ai toujours été anticonformiste, je rejette les moules dans lesquels on doit entrer. Je lui souhaite de trouver son identité dès son plus jeune âge. J’espère pouvoir transmettre cela à ma fille et devenir sa confidente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s