Maurice HENNESSY, gentilhomme voyageur

maurice hennessy
maurice hennessy

Pour célébrer les 250 bougies d’une aventure extraordinaire partagée par huit générations, la maison basée à Cognac lance cette année le Hennessy 250 Collector Blend avec en prime un tour du monde promotionnel pour Maurice Hennessy. Rencontré sur la terrasse du Grand Hotel Kempinski à Genève, le digne représentant d’une famille chargée d’histoire vogue dans le sillage des glorieux ainés de la famille. Il lève le voile sur ses ancêtres connus comme étant des pionniers globe-trotters.

L’ivresse du voyage touchait-elle déjà vos ancêtres?

Mon arrière grand-père fendait mers et océans pour rejoindre l’Australie et l’Asie. Il se chargeait de la promotion de notre cognac qu’il transportait dans les cales et profitait de ces voyages pour ramener des juments de course.

Votre grand-père, de son côté, appréciait les flâneries colorées en avion…

A l’époque de la première guerre mondiale, les avions étaient peu hermétiques. Les températures baissent drastiquement avec l’altitude. Alors qu’il apprenait à piloter, il a été victime d’une pneumonie qui lui a valu la perte d’un œil et d’un poumon. Par la suite, il a parcouru l’Amérique du Sud puis l’Afrique. Une fois, n’ayant plus de nouvelles de lui durant deux semaines, ses proches ont fait fouiller le Sahara alors qu’il avait décidé d’atterrir à mi-chemin pour rendre visite à l’un de ses clients. En Europe, il volait de Cognac à Paris avec ma grand-mère à ses côtés. Elle lui lisait la carte.

Votre premier émoi en tant qu’apprenti aventurier ?

J’ai passé ma jeunesse à Cognac, au milieu des vignes. Enfant, je me faisais casser la figure comme tous les autres mais à la maison, j’étais un petit prince. La vie en Europe durant les Trente Glorieuses était si facile que j’ai ressenti le besoin d’être utile. J’ai filé en Afrique de l’Ouest, dans l’actuel Burkina Faso, où j’ai travaillé pour l’association humanitaire Frères des Hommes. J’y ai découvert une population intelligente, généreuse, c’est aussi la première fois que je voyais les Peuls. J’ai fait des études d’agricultures donc sur place j’ai mis la main dans la terre comme les autres. Une expérience qui permet de revenir plus fort.

L’anniversaire des 250 ans aura lieu aux quatre coins du monde, serez vous de la partie ?

J’ai atterri ce matin même de Bordeaux et m’envole après cette escale genevoise pour Saigon, Hong Kong, Macao, New York, Boston, Chicago. Après je rentre au bercail. C’en est déjà trop pour mon épouse.

FullSizeRender

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s